Rennes le Chateau

Rennes le Château : la capitale du mystère, rennes le chateau documents,
le site des chercheurs de trésor

Historique

Oppidum gallo-romain
Chef lieu du pagus au Razés
Castellum Redae - 1002
Ambos castros de Redez - 1067
de Redes - 1068
Castrum rades - 1070
Reddae - 1125
Castel de Redas - 1130
civitas quae dicitur redes - 1179 etc..
Rehennas - 1428- 1589
Rennes - 1778
Eglise dédiée à Sainte Madeleine

Rennes le chateau , magdala
Services

Mairie:
04 68 74 05 84
Librairie:
04 68 74 26 71
Restaurant:
04 68 74 39 78
Terre de Rhedae
Ribambelle

Infos

Région : Languedoc - Roussillon
Département : Aude - 11
Chef-lieu : Carcassonne
Arrondissement : Limoux
Canton : Couiza
Code postal : 11 190

Altitude : 435 mètres
Superficie : 1468 hectares
Population : 113 habitants

Village à vocation touristique et agricole

Fabuleuse histoire du Trésor de Rennes le Château (Abbé Saunière)

Animations

  Mai :   Juin :
  Juillet :   Août :

Liens


Rennes le Château Les Editions Belisane
Rennes le Château OCTONOVO : Documents anciens
Rennes le Château Ribambelle

Gazette



rennes le chateau , curéLe département soutient l'acquisition du domaine de l'abbé Saunière
Le conseil général de l'Aude communique:
Le Sivom du canton de Couiza et de la région d'Alet les Bains a présenté un accord d'objectifs, approuvé par la commission permanente du conseil général de l'Aude le 25 avril 2001.L'action relative à l'acquisition du domaine de l'abbé Saunière a été retenue et Rennes le Château a procédé à l'achat de ce dernier. Le financement retenu dans l'accord d'objectifs s'élève à 1 100 000,00 F TTC. C'est dans ce contexte que la commission permanente du conseil général a acté la participation financière du département pour un montant de
120 000,00 F. Cette intervention montre tout l'intérêt que le Département porte aux acteurs du monde économique et aux conditions de l'activité économique et touristique dans l'Aude.



Les Soubirous

 

Mardi 29 novembre 2005



Article de La dépêche du midi

Rennes le château :
Le nouveau trésor ?

Moi le nouveau trésor !

Vous plaisantez, mais venant de vous c'est un compliment
( HA, HA, HA... elle est bonne celle-là )



Répondant à l'invitation de Jean-François Lhuilier, maire de Rennes le Château, Marcel Rainaud, président du conseil général, se rendait lundi après midi à Rennes le Château.
En présence d'Henri Barbaza président de la communauté de communes du pays de Couiza, des vices présidents monsieur Brilleaud Jean-Pierre maire de Couiza et Sylvie Clervoix vice-présidente et de nombreux élus, était organisée une visite du village, littéralement transformé au cours de ces quatre dernières années.
Depuis 2000, la commune s'était donné pour but d'optimiser son potentiel touristique. Son atout : une population dynamique. Le résultat : la création d'un "site chargé de symboles, un pôle d'attraction crédible et cohérent au coeur du Pays de la Haute vallée de l'Aude". Les réalisations : des aménagements considérables ( restauration de la capitelle, de l'école, du chemin de ronde, du domaine de l'abbé Saunière, de l'oratoire...) exécutés en un temps record !
L'ampleur des travaux réalisés à Rennes le Château n'a pas manqué de séduire le président du conseil général : "Je m'intéresse aux communes rurales et j'aime y venir régulièrement voir comment évolue la situation. Les aménagements ont été réalisées avec goût et c'est un autre village que je découvre aujourd'hui. Le trésor de rennes le Château, c'est vous et votre conseil municipal!". Les touristes apprécient eux aussi ce village au charme retrouvé. Plus de 80 000 sont montés à la découverte des mystères de Rennes le Château en 2004 : 50% de plus qu'en 2000. Des chiffres qui donnent raison au maire, qui rappelait que: " Effet de la décentralisation ou volonté politique, les petites communes voient augmenter leurs charges et diminuer leurs dotations.
Pour survivre, les petites communes doivent miser sur leurs potentiels touristique et humain".
Un cap sur le développement que Rennes le Château compte bien maintenir dans l'avenir...
L.V
 La réalité sonne faux !


MM Barbaza, Rainaud, Lhuilier et Sylvie Clervoix vice présidente de la communauté de communes, bien entourés, dans le village réaménagé de Rennes le Château



Vendredi 18 novembre 2005

Article de La dépêche du midi

Rennes le château :
Une société américaine propose 200 000 euros pour mettre à jour les tombes sous l'église.
Le documentaire verra-t-il le jour ?

Le documentaire sur rennes le Château verra-t-il le jour ? Dernièrement, une société de production américaine, 1244 films, a signé un accord avec la mairie du petit village audois. Le deal ? Le producteur américain propose une somme de 200 000 euros à la commune afin de restaurer l'interieur de l'église, mais surtout mettre à jour les deux tombes découvertes en 2002 sous l'édifice, par des chercheurs américains. Elles dateraient des VII ou VIIIe siecle après J.C. En contrepartie, le producteur, Bruce Burgess, réclame l'exclusivité des images afin de faire un documentaire sur un des sites les plus connus au monde.
Le contrat signé, le maire de rennes le Château a alors demandé une autorisation de prospection archéologique.

Si l'architecte des batiments de France a donné son aval, ce n'est pas le cas de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), qui traîne les pieds " Nous sommes une petite commune sans le sou. Une commune quui affronte l'acharnement de ce service. Le ministère nous incite à rechercher des fonds privés pour l'entretien du patrimoine. Nous nous avons les fonds, mais pas l'autorisation de les exploiter", tempête jean-François Lhuiller le maire, qui dénonce un "procès en sorcellerie politique".

Du côté de la DRAC, on ne voit pas les choses de la même manière. Le dossier est actuellement dans les mains du directeur. "Nous ne sommes pas completement contre. Il n'y a pas de blocage de principe. Mais il y a une règlementation très stricte. Nous voulons nous assurer que les fouilles seront bien faîtes par souci de qualité. Mais cela indique des contraintes qui ne sont pas toujours bien comprises", explique un des responsable.

La réalisation de ce film aurait deux conséquences sur la région.
Un, il attirerait de nombreux touristes, source de richesse. Et ce au-dela de rennes puisque les commerçants de la région y ont participé. Enfin, il permettrait de mettre à jour une découverte archéologique peut être de premier ordre.

E.D


Documentation


Les vaches sont à Rennes le Château.


La pic de Lavaldieu

Les vaches sont de retour de la transhumance Pyrénéenne,
elles paissent pour l'hiver sur le plateau de Rennes le Château.

~~~~~~

La vieille fontaine de Lavaldieu


photo prise en 1966


photo prise en 2003

~~~~~~

rennes le chateau , pierre de coume-sourde

Pierre dite de Coume-Sourde
trouvée en 1970 a proximité de la Valdieu.

~~~~~~

Les fouilles bientôt entreprises

Va-t-on enfin connaître la véritable histoire de Rennes le Château. Des fouilles archéologiques seront entreprises dans les prochaines semaines (elles pourraient débuter au mieux à la fin de l'été). Ainsi en a décidé le conseil municipal mercredi dernier. Elles se feront en liaison avec l'architecte des bâtiments de France et la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC). Ces fouilles permettront de mettre à jour la crypte découverte sous le sol de l'église, il y a quelque semaines par la Fondation J. Méril de Californie, dirigée par le Docteur Eisenman, de l'université de Long Beach. Cette dernière est représentée dans l'affaire par une société italienne Robada SAS, qui appartient au Vatican.
Pour découvrir cette crypte, les chercheurs avaient pratiqué une sorte d'échographie du sol. Deux tombeaux auraient ainsi été trouvés. A partir de l'échographie, ils ont pu les dater. Ceci grâce aux nombres de couches de sédiments qui les recouvrent. Ainsi, d'après-eux, la crypte serait antérieure au Vème siècle de notre ère. Les fouilles archéologiques confirmeront ou non cette datation. Elles peuvent être effectuées de deux manières. Soit par l'extérieur, par le jardin. Soit en creusant le sous-sol de l'église.
Un coffre enterré sous la tour
Autre découverte d'importance qui avait été jusqu'ici soigneusement cachée, un objet (selon toute vraisemblance un coffre) est enterré sous la tour Magdala."Nous n'avons jamais eu l'intention d'avancer masqués. Mais nous nous sommes donnés le temps qu'il fallait pour permettre à la commune d'avoir les retombées économiques qui pourraient découler de cette découverte", assure le maire, Jean-François Lhuillier.
Ce coffre mesure 90 cm de haut sur 1 mètre de large. Rappelons que cette tour a été construite par l'abbé Saunière.
Les chercheurs espèrent trouver dans celui-ci des parchemins ou des documents qui permettraient d'éclairer les débuts de l'histoire de notre civilisation. Suite à ces événements, des mesures de sécurité très importantes ont été prises pour éviter que Rennes le Château soit à nouveau le centre des chercheurs de trésors. Car depuis la révélation par la Dépêche du Midi de cette découverte, les explications vont bon train. "Depuis que l'annonce de cette découverte navigue sur Internet, on assiste à un déchaînement de théories fumeuses", commente le maire. Aujourd'hui, ce dernier espère bien que la technologie va permettre d'aborder le problème archéologique que du site sous un jour scientifique.
Ce qui pourrait mettre fin à tout un tas de délires plus excentriques les uns que les autres. Et enfin faire place à l'histoire avec un grand H.

~~~~~~

Le 17 janvier 2002 à Rennes le Château

Seul deux églises en France possèdent une particularité liée au soleil. Saint Sulpice à Paris et la Cathédrale de Chartres. Toutes deux possèdent un vitrail dans lequel un trou aménagé par lequel le soleil projete une marque lumineuse au sol.
A Saint Sulpice, au solstice d'été cette trace matérialise le méridien du lieu, qu'il ne faut pas confondre avec le méridien de Paris situé à 200 mètres à son Est.
Nous pouvons affirmer qu'un phénomène lumineux lié au soleil existe aussi à Rennes le Château. Nous l'avons observé le 17 janvier 2002. Voici les Photos.

 

 Phénomène produit
le 17 Janvier

 


Le 17 janvier 1781 à Rennes le Chateau s'éteignait Marie de Negri d'Ablès dame d'hautpoul Blanchefort.

Le 17 janvier 461 s'éteignait Saint Antoine à l'âge de 105 ans.

Ce que les membres de l'A.I.C.T ont pu constater ce 17 janvier 2002 en l'église de Rennes le Château, c'est que le rayon dit des pommes bleues était projeté sur le pilier à l'endroit exact de la Rosace, entre la station numéro 1 du chemin de croix et la station numéro 2, celle de Saint Antoine Ermite et ceci à 11 heures GMT, et non à midi solaire comme il est dit dans la plupart des ouvrages.
Ceci s'explique puisque la déclinaison magnétique est de 0,07° ou de 0,04 gr Est par an, donc si nous faisions le calcul de 1891 époque des travaux, fait dans l'église par Saunière, cela fait donc 111 ans, que multiplie 0,07° soit 7,7° de déclinaison Est, sur une longueur de 8 mètres environ; c'est à dire du vitrail laissant passer la lumière dite des pommes bleues au mur lui faisant face.
Il y a donc 111 ans, le phénomène lumineux était environ à 1 Mètre10 plus à l'Ouest donc en dessous de la première station du chemin de croix.
Faites vos calculs et tirez en les conclusions qui vous conviennent, elles nous intéressent!

Constations faites par les membres de l'

Association Internanionale des Chercheurs de
Trésors

A l'initiative de Fred Torkain le groupe d'observateurs composé de chercheurs de longues dates et des membres de l'A.I.C.T se dirigèrent vers l'hostellerie de Rennes les Bains ou la discussion sur ce phénomène se prolongea fort tard dans une ambiance très conviviale.
Contactez nous
blanchefort@net-up.com

M.Henry au 1er plan développant
sur le BRGM

 

 

G.Rival géophysicien, ingénieur aérospatial, S.Clervoix vice présidente communauté de
communes de Couiza délégation tourisme discutant des possibilités touristiques,
assisté de J.F Crinon.

N.de Léon, C.Faroux, F.Torkain. Y a t il un message alchimique ?

J.Lurson, M de la Rouane, J.C.De Brou.
Sur le terrain depuis 1966 à la recherche
du trésor des Wisigoths

B.Uzac l'hôtelier de Rennes les Bains quand même très dubitatif de cette histoire.

J.Lurson le trésor Oui, des wisigoths Oui
mais surveillé par qui et depuis quand ?

~~~~~~

Plan du domaine

Ce parchemin m'a été confié par monsieur Hercule
ainsi que plusieurs documents de la famille Maraval.


D'après monsieur Hercule ce parchemin aurait été établit par trois templiers de Perpignan.
~~~~~~
Nous pourrions donc en tirer la conclusion que Béranger Saunière aurait construit son domaine en s'appuyant sur ses parchemins, plusieurs parchemins à peu près identiques circulent, sont ils authentiques? Nous ne pouvons en apporter la preuve, à chacun son opinion.

Détection dans l'église de Rennes le Château le 6 mars 2002


photo clicable

Ce mercredi 6 mars à Rennes le Château l'équipe américaine était au travail.
Il semblerait qu'elle ai détecté plusieurs anomalies géologique dans l'église, peut être l'emplacement d'une crypte au milieu de l'allée centrale.
Nous leur avons posé une question sur l'éventuel emplacement du tombeau des derniers seigneurs de Rennes.
Ce tombeau a notre connaissance était à droite de l'entrée et à la 2ème voûte porteuse de l'église. Un constat d'huissier ( maître Gastou ) confirme cet emplacement.
La dernière personne ensevelie dans ce tombeau l'a été en 1781 le 19 janvier.
L'équipe américaine ne détecte rien à cet endroit
curieux non! ou alors ils ne sont pas très performants donc à ce jour rien d'extraordinaire, l'histoire de Rennes le Château a de beaux jours devant elle

.
photo clicable

Trouvailles du 10 mai 2002


 
photo cliquable

 
photo cliquable

C'est une belle trouvaille de monnaies anciennes qu'à réalisé un chercheur
rouennais non loin de Rennes le Château, c'est à l'aide d'un détecteur
de métaux qu'il mit à jour une dizaine de pièces de bronze et d'argent
qui étaient contenues dans un morceau de cuir. On se souvient qu'a cet
endroit, lors de travaux, il avait été mis à jour des ossements
humains et des armes de facture très anciennes.

Retour à l'accueil

.