cubières sur cinoble

ALET les BAINS ANTUGNAC ARQUES BUGARACH CAMPS / L'AGLY CASSAIGNES
CONILHAC COUIZA COUSTAUSSA CUBIERES / CINOBLE FOURTOU LUC sur AUDE
MISSEGRE MONTAZELS PEYROLLES

RENNES les BAINS
RENNES le CHATEAU ROQUETAILLADE
LA SERPENT SERRES SOUGRAIGNE TERROLES VALMIGERE VERAZA
NEWS LIENS METEO TCHAT FORUM LOGIS

  Le site de Rennes le Chateau, le rendez vous des chercheurs

 

Cubières sur Cinoble
Bélibaste le dernier
parfait cathare occitan

~~~~~~

Bélibaste, l'imparfait cathare


Bélibaste, l'imparfait paru dans Pays Cathare magazine, hors-série n° 1, décembre 1997, pp. 70-71.)



Le dernier et le plus célèbre des parfaits cathares occitans nous a laissé l'exposé le plus complet qu'on ait sur la doctrine des cathares. Pourtant, il fut sans doute l'un des plus médiocres pasteurs de l'église des " Bons chrétiens ".

Un criminel devenu parfait.

Guilhem Bélibaste naît vers 1280 à Cubières, un village du Razès (Aude). Sa famille, des paysans aisés, est totalement acquise au catharisme. A Cubières, les Bélibaste reçoivent de nombreux parfaits de marque comme Pierre Autier et Philippe d'Alayrac. Les frères de Guilhem, bergers, accompagnent même fréquemment certains de ces parfaits dans leurs tournées clandestines. En effet, malgré les efforts de l'église catholique depuis presque un siècle pour éliminer l'hérésie cathare, celle-ci est encore bien vivace et se développe même à nouveau en Ariège et en Razès grâce à la prédication des frères Autier.

Malgré ces antécédents familiaux, ce n'est pas par vocation que Guilhem Bélibaste entre dans les ordres, mais un peu par hasard. Vers 1305-1306 au cours d'une rixe il tue un berger de Villerouge-Termenès. Une procédure judiciaire est lancée contre lui. L'archevêque de Narbonne, seigneur de Villerouge et de Cubières le reconnaît coupable et confisque ses biens. Pour sauver sa peau, Bélibaste abandonne sa femme, son fils, et rentre dans la clandestinité auprès des parfaits cathares. Pour sauver son âme et par pénitence, il doit rentrer dans les ordres. Il est initié et ordonné parfait à Rabastens (Tarn) par Philippe d'Alayrac. Mais les deux compagnons sont arrêtés et enfermés dans la sinistre prison de l'Inquisition de Carcassonne : le Mur. Ils parviennent cependant en 1309 à s'en échapper et se réfugient en Catalogne dans le comté d'Ampurias. Quand Philippe d'Alayrac retourne dans le royaume de France exercer son ministère, Bélibaste, moins courageux, préfère ne pas l'accompagner. Bien lui en prend car peu de temps après, il apprend l'arrestation et la mort sur le bûcher de son ancien compagnon.

Fuyant l'insécurité, il s'éloigne par étapes de la frontière où il risque d'être reconnu et arrêté. Par précaution il change aussi de nom : il se fait appeler Pierre Penchenier, nom inspiré de son nouveau métier, fabricant de peignes de tisserands. Il se loue aussi parfois pour des travaux saisonniers dans les vignes ou travaille comme berger près de Poblet avec son ami Pierre Maury.

L'imparfait cathare de Morella

En 1314 il se fixe à Morella, dans le royaume de Valence. En effet, dans le village voisin de San Matéo vit une petite communauté de cathares occitans en exil, pour la plupart originaires de Montaillou (Ariège), et dont il devient le pasteur. Au sein de cette communauté il abuse parfois de son autorité spirituelle, notamment avec son ami Pierre Maury trop généreux : Ce dernier raconte : " Comme nous avions acheté en indivision, Bélibaste et moi, six brebis, dont j'avais entièrement payé le prix (et je lui avait donné en outre cinq sous), l'hérétique voulut emmener avec lui trois brebis sur ces six, disant qu'elles étaient à lui, et que je lui avais donné l'argent de ces brebis et les cinq sous pour l'amour de Dieu. ". Pour donner le change aux catholiques, il fait croire qu'il est marié en vivant avec une veuve, Raimonde Marti, et sa fille. En réalité Raimonde Marti est sa concubine depuis plusieurs années et tombe enceinte en 1320. Pour donner le change cette fois-ci aux cathares, car il a rompu son voeu de chasteté, il la marie à son ami Pierre Maury qui endosse la paternité, puis, jaloux, défait ce mariage.

Cependant, il prend au sérieux son rôle de pasteur. Il prêche, bénit, administre le consolament (sacrement cathare) aux mourants et reçoit régulièrement des croyants parmi lesquels Arnaud Sicre, dont la mère est morte sur le bûcher. A ce dernier il enseigne à sa manière, naïve, populaire mais imaginative, les croyances de sa religion : " Alors l'ennemi de Dieu, Satan, fit des corps d'homme dans lesquels il enferma ces esprits. (...). Ces esprits, quand ils sortent des tuniques, c'est à dire d'un corps, se sauvent tous nus, apeurés, et ils courent si vite, que si un esprit était sortit d'un corps à Valence et devait entrer dans un autre dans le comté de Foix, et qu'il plût abondamment sur tout le parcours, c'est à peine si trois gouttes de pluies l'atteindraient. Courant ainsi apeurés, il se pose dans le premier trou vide qu'il peut trouver, c'est à dire dans le ventre de tout animal qui porte un embryon encore sans vie : chienne, lapine, jument, ou n'importe autre animal, ou encore dans le ventre d'une femme, de telle sorte cependant que si cet esprit a mal agit dans son premier corps, il s'incorpore dans le corps d'une bête brute ; si au contraire il n'a pas fait de mal, il entre dans le corps d'une femme. Ainsi les esprits s'en vont de tunique en tunique jusqu'à ce qu'ils entrent dans une belle tunique, c'est à dire dans le corps d'une homme ou d'une femme qui a l'entendement du bien (c'est à dire cathare), que dans le corps ils soient sauvés, et qu'après être sortis de cette belle tunique, ils retournent au Père saint ".

En réalité Arnaud Sicre, si désireux de " s'ouvrir à l'entendement du bien " n'est là que pour gagner la confiance de Bélibaste, le faire arrêter, et se faire restituer les biens confisqués à sa mère par l'inquisiteur qui l'a envoyé.

Le dernier parfait occitan

Bélibaste, qui malgré les entorses à la règle désire rencontrer d'autres parfaits pour se faire réordonner, se laisse convaincre par Arnaud Sicre de revenir en Languedoc. Sur le chemin à Tirvia dans le diocèse d'Urgell, en mars ou avril 1321, Arnaud Sicre le dénonce au bayle du comte de Foix, seigneur du lieu. Arrêté, conduit à Castelbon, il est emprisonné dans la tour du château avec - comme cela est de coutume - son dénonciateur. Pendant la nuit Bélibaste tente vainement de convaincre Arnaud de recevoir le consolament, et de se suicider ensemble du haut de la tour pour entrer directement au ciel. Jugé à Carcassonne, Bélibaste est brûlé la même année dans le château de Villerouge-Termenès, résidence de l'archevêque de Narbonne son seigneur, qui l'avait déjà condamné pour meurtre.

Avec Bélibaste disparaît l'église cathare occitane : après sa mort et jusqu'au milieu du XIVe siècle, on ne brûle que de simples croyants. Cependant subsiste une église cathare en Bosnie dont les membres se convertiront à l'Islam à la fin du XVe siècle. Le dernier parfait occitan s'écarta souvent de la règle de vie rigoureuse des parfaits. Il mourut cependant avec dignité, sans abjurer sa foi. Sa mort en martyr milite encore aujourd'hui pour la tolérance religieuse.

Gauthier LANGLOIS

Une affaire judiciaire partiellement résolue... 700 ans après !

Dans une affaire de meurtre on connaît la victime mais pas toujours le coupable. Ici, c'est le contraire, le coupable, Bélibaste, était connu. Mais de sa victime, un berger, on ne savait rien. La solution dormait dans un vieux registre conservé à la bibliothèque de Narbonne. L'Inventaire des archives de l'archevêché de Narbonne nous apprend que la victime s'appelait Barthélémy Garnier et était originaire de Villerouge-Termenès. Il reste à découvrir le mobile du crime. Risquons une hypothèse : Villerouge était la résidence d'été de l'archevêque de Narbonne, ses habitants dont Barthélémy Garnier étaient donc sans doute des catholiques convaincus. C'est sans doute dans les pâturages d'estive de Cubières où il devait mener des troupeaux de l'archevêque qu'il rencontra Bélibaste. Menaça-t-il Bélibaste de le dénoncer comme hérétique ? Si tel est le cas, on peut accorder les circonstances atténuantes à Bélibaste.

Pour en savoir plus...

L'essentiel de ce que l'on sait sur Bélibaste est contenu dans les dépositions d'Arnaud Sicre et de Pierre Maury recueillies par l'inquisiteur Jacques Fournier, futur pape sous le nom de Benoît XII. Ces dépositions qui se lisent comme de petits romans ont été publiées par Jean DUVERNOY : Le registre d'inquisition de Jacques Fournier (Évêque de Pamiers), 1316-1325. aux éditions Mouton, Paris, 1978. Les origines de Bélibaste et le meurtre commis par lui ont été éclairés par un article de G. LANGLOIS : " Note sur quelques documents inédits concernant le parfait Guilhem Bélibaste et sa famille ", dans la revue Heresis publiée par le Centre d'Études Cathares, n° 25, 1995. Le seul ouvrage consacré exclusivement à Bélibaste est en italien : Lidia FLÖSS : Il caso Belibaste, Milano : Luni Editrice, 1997. Enfin, Henri GOUGAUD lui a consacré un roman : Bélibaste, publié aux éditions du Seuil en 1982. Tous ces ouvrages peuvent être consultés et pour certains commandés au Centre d'Études Cathares à Carcassonne. (Tél. 04 68 47 24 66). Le château des archevêques de Narbonne à Villerouge-Termenès (Aude), abrite une très belle exposition permanente sur Bélibaste et son temps. (Tél. 04 68 70 09 11).

Note sur quelques documents inédits concernant le parfait Guilhem Bélibaste et sa famille
(Article publié dans la revue Heresis, n° 25, décembre 1995, pp. 130-134.)

Trois actes inédits permettent d'éclairer quelques aspects de l'histoire du dernier parfait occitan connu et de sa famille. Guilhem Bélibaste, rendu célèbre par les travaux de Jean Duvernoy, l'étude d'Emmanuel Leroy-Ladurie sur Montaillou, le roman d'Henri Gougaud et dont la vie est présentée au château de Villerouge-Termenès n'était jusqu'alors connu qu'à travers les sources inquisitoriales. Sept personnes avaient déposé sur Bélibaste et sa famille devant l'inquisiteur Jacques Fournier, parmi lesquelles le berger Pierre Maury de Montaillou, ami de Bélibaste, et le mouchard Arnaud Sicre qui avait permis l'arrestation de Bélibaste (1).

Les trois actes découverts sont donc précieux. Ces trois actes ne sont connus qu'à travers des analyses, rédigées vers 1640 par le notaire Antoine Rocque dans son Inventaire des archives de l'archevêché de Narbonne (2). A défaut des actes originaux disparus à la Révolution, cet inventaire dont l'intérêt avait déjà été signalé par J. Tissier (3), nous livre l'analyse de plusieurs milliers d'actes et registres. Les pièces décrites dans cet inventaire avaient été conservées et analysées pour servir à prouver les droits temporels ou spirituels de l'archevêque de Narbonne. Aussi les mentions d'hérésie y sont rares et le plus souvent marginales dans le contenu des actes.

Le premier acte nous apprend qu'un certain Raimond Bélibaste avait une maison dans le village de Cubières en 1260. Ce Raimond est peut-être le grand père de Guilhem Bélibaste. Quoi qu'il en soit la famille Bélibaste apparaît établie à Cubières depuis au moins le milieu du XIIIe siècle.

On savait par la déposition de Pierre Maury que Guilhem Bélibaste avait fuit Cubières entre Pâques 1305 et le 24 juin 1306 après avoir tué un berger au cours d'une rixe. Le second acte confirme l'existence de ce meurtre et la date (avant fin 1307). Cet acte précise qu'une procédure judiciaire avait été lancée par l'archevêque de Narbonne, (sans doute par son bayle de Villerouge), procédure qui permet de mieux expliquer la fuite de Bélibaste. Il précise aussi que les biens de Bélibaste avaient été confisqués au profit de l'archevêque, suite à la condamnation pour meurtre. Quels étaient ces biens? Sa part de l'héritage de ses parents? Cela suppose alors que Guilhem senior ou sa femme était décédé avant fin 1207, soit peu avant ou peu après la fuite de leur fils. Quoi qu'il en soit, suite à cette confiscation, le fils et la femme que Guilhem junior laissa à Cubières restèrent sans doute fort démunis au point de vue matériel. Ce qui permettrait d'expliquer leur décès avant 1311, à moins que la justice y soit pour quelque chose.

Cet acte nous éclaire enfin sur les raisons du choix de Villerouge-Termenès comme lieu d'exécution de Guilhem en 1321. Bélibaste avait été remis au bras séculier, en l'occurrence l'archevêque de Narbonne seigneur de Cubières et Villerouge-Termenès. On avançait que Villerouge avait du être choisi car il s'agissait de faire un exemple sur des terres, le Termenès, encore imprégnées par l'hérésie, car Villerouge était le siège de la baylie de l'archevêque dont dépendait Cubières, et que l'archevêque qui assistait probablement à l'exécution y avait une résidence. Deux raisons supplémentaires expliquant ce choix peuvent-être avancées. C'est probablement le tribunal seigneurial de l'archevêque à Villerouge qui avait condamné pénalement Bélibaste pour meurtre. Il fallait montrer la puissance de la justice seigneuriale de l'archevêque qui ne laissait pas ce crime impuni. L'acte nous apprend aussi que le berger victime de Bélibaste s'appelait Barthélémy Garnier et était originaire de Villerouge. L'exécution rendait donc justice à un habitant de Villerouge.

Le troisième acte concerne Arnaud, un des frères de Guilhem. On savait peu de choses sur Arnaud qui n'apparaît que deux fois dans le registre de Jacques Fournier. Pierre Maury qui est le seul à en parler semble l'avoir peu connu, et n'est pas tout à fait sûre qu'Arnaud était hérétique (à moins qu'il ne mente par omission mais c'est peu probable, cela supposerai que Pierre Maury ne soit pas au courant de la condamnation d'Arnaud et tente de le protéger). L'acte précise qu'Arnaud a été condamné à mort pour hérésie et ses biens, un casal, confisqués au profit de l'archevêque de Narbonne avant fin 1312. Arnaud était donc bien cathare. Les condamnations à mort pour hérésie étant relativement rares, trois hypothèses pourraient expliquer sa condamnation. Soit Arnaud était un relaps, c'est à dire qu'il avait abjuré l'hérésie puis avait été convaincu d'y être revenu; soit il était parfait; soit encore il avait refusé d'abjurer sa foi. Quelque soit l'hypothèse, cette condamnation montre que c'était un cathare convaincu. Cette condamnation a-t-elle été appliquée ? L'hypothèse qu'il ait été condamné par contumace alors qu'il était en fuite est peu probable, car il aurait alors rencontré d'autres cathares et aurait été signalé par certains dans leurs dépositions devant l'Inquisition.

En conclusion, les différentes sources nous montrent que la famille Bélibaste était acquise largement et de manière convaincue au catharisme, comme on peut l'observer dans l'arbre généalogique ci-contre. Elles nous montrent aussi que la justice civile et inquisitoriale s'est abattue dès 1307-1312 sur cette famille, et que par conséquent Guilhem Bélibaste du être très tôt dans le collimateur des inquisiteurs. La famille de Bélibaste semble avoir été en grande partie détruite par l'Inquisition.

Gauthier LANGLOIS

Annexe 1 :édition des actes

Les analyses des actes ont été transcrites telles qu'elles, en respectant l'orthographe et la ponctuation d'Antoine Rocque.

1
B. Inventaire des archives de l'archevêché de Narbonne, tome 3, Inventaire des actes de Cubiere, f° 211 v°.

Item un acte de l'an 1260 par lequel Pierre Marie de Cubiere, et Raymond son frere vendent à Jacquez Fabré, une maison au lieu de Cubiere et la fabrique, et lauzet (4) du dict lieu confrontant la dicte maison Raymond Belibaste, de midy Guilhaume del Bouyx, de cers la riviere, d'aquilon le chemin public, pour le prix de trente souls malgourois, desquels feust payé le foriscape au dict sieur archevesque, duquel la dicte maison relevoit, soubz l'usaige annuel de deux deniers malgourois. Cotté n° 3.

2
B. Inventaire des archives de l'archevêché de Narbonne, tome 3, Inventaire des actes de Villerouge, f° 156 v°.

Item un acte de l'an 1307, duquel resulte comme les biens d'un nomme Guilhaume Bedibaste de Cubiere, feurent confisques au sieur archevesque de Narbonne, a cause du meurtre par luy commis en la personne de Barthelemy Garnier de Villerouge. Cotté n° 15.

3
B. Inventaire des archives de l'archevêché de Narbonne, tome 3, Inventaire des actes de Cubiere, f° 215 v°-216.

Item un acte de l'an 1312 contenant bailh à nouveau fief faict par le dict archevesque de Narbonne a Pierre Laverche de Cubiere, d'un casal a luy adveneu d'un nommé Arnaud Belibaste, comdampné à mort pour crime d'heresie, assis dans le lieu de Cubiere, confrontant de deux parts avec le chemin, soubz l'usaige annuel de deux deniers tournois. Cotté n° 31.
-----------------

Bibliographie, sources


BRENON (Anne). - " Bélibaste ", Le vrai visage du Catharisme. (photos : Jean-Louis Gasc). Portet-sur-Garonne : Loubatières, 1988, p. 258, p. 269-272. (Centre d'Études Cathares : B 2262, B 3455).
BRENON (Anne). - " Bélibaste ", Les audois, dictionnaire biographique, sous la direction de Rémy Cazals et Daniel Fabre, Carcassonne, Association des amis des Archives de l'Aude/Fédération audoise des œuvres laïques/Société d'Études scientifiques de l'Aude, 1990, p. 60. (Centre d'Études Cathares : B 2247)
DUVERNOY (Jean), (éd.). - Le registre d'inquisition de Jacques Fournier (Évêque de Pamiers), 1316-1325. Édition en latin : Toulouse : Privat 1965, 3 vol. (Centre d'Études Cathares : B 3432), Corrections de l'édition précédente, Toulouse, Privat, 1972 : Traduction en français de l'édition précédente, Paris, 1978, 3 vol. (Centre d'Études Cathares : B 3046).
DUVERNOY (Jean). - L'inquisition à Pamiers, Toulouse : Privat. (Centre d'Études Cathares : B 2219)
DUVERNOY (Jean). - La captura del Cátaro Bélibaste. Delación ante el tribunal de la Inquisición en Pamiers, el 21 de octubre de 1321, Barcelona : Muchnik Editores, 1987, 137 p. (Centre d'Études Cathares : B 2185).
FLÖSS (Lidia). - Il caso Belibasta. Fine dell'ultimo perfecto cataro. Premessa di Jean Duvernoy, Milano : Luni Editrice, 1997, 251 p. (Déposition d'Arnaud Sicre extraite du registre de Jacques Fournier, traduite en italien et annotée par Lidia Flöss, avec introduction et bibliographie). (Centre d'Études Cathares : B 3893)
GOUGAUD (Henri). - Bélibaste, (roman), Paris : Seuil, 1982, 288 p. (Centre d'Études Cathares : B 1653)
LANGLOIS (Gauthier). - " Note sur quelques documents inédits concernant le parfait Guilhem Bélibaste et sa famille ", Heresis, n° 25, décembre 1995, pp. 130-134.
LANGLOIS (Gauthier). - " Bélibaste, l'imparfait ", Pays Cathare magazine, hors-série n° 1, décembre 1997, pp. 70-71.
LIMBORCH (P. de). - Historia Inquisitionis, Amsterdam, 1692.
LE ROY LADURIE (Emmanuel). - Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris : Gallimard, 1975, 642 p. (Centre d'Études Cathares : B 3862)
NELLI (René). - " Bélibaste ", La vie quotidienne des cathares en Languedoc au XIIIe siècle, Paris, 1969, p. 283.
… (Centre d'Études Cathares :…) : Références des ouvrages dans la bibliothèque du Centre d'Études Cathares.
Filmographie :
GAYRAUD (Michel). - Bélibaste, téléfilm co-produit par France 3 télévision, 2000.

Liens :
Dossier Bélibaste sur le site Voyage en Terre d'Oc, le catharisme.

Notes

(1) Dépositions éditées par DUVERNOY (Jean), (éd.). - Le registre d'inquisition de Jacques Fournier (Évêque de Pamiers), 1316-1325. Édition en latin: Toulouse : Privat 1965, 3 vol., + corrections, Toulouse : Privat, 1972. Traduction en français de l'édition précédente, Paris, 1978, 3 vol.
(2) Inventaire conservé à la Bibliothèque Municipale de Narbonne, sous la cote ms. 314, tomes 1 à 4.
(3) TISSIER (J.). - " Les sources de l'histoire du Languedoc d'après les inventaires des archives narbonnaises ", Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne, XI, 1911.
(4) D'après Alibert, Dictionnaire occitan-français, " lauseta " signifie en occitan terrain pierreux, (de lausa: dalle). Le mot lauzet désigne peut-être ici une cour pavée

Retour à la Documentation

Retour à l'accueil

referencement
.